Le Prime-G+

Par Nadège, Ingénieur Procédés

Face à des spécifications toujours plus sévères notamment sur la teneur en soufre de l’essence, les raffineurs se tournent vers des procédés d’hydrodésulphurisation d’essence pour respecter les normes européennes de teneur en soufre (150 ppm en 2000, 50 ppm en 2005 et 10 ppm en 2009).

Le Prime-G+, technologie commercialisée par la société AXENS en fait partie.

Il permet d’atteindre une teneur en soufre de 50 ppm à moins de 10 ppm à partir d’une charge pouvant contenir près de 4000 ppm de soufre.La principale charge est l’essence de FCC (Fluid Catalytic Cracking), caractérisée par une forte teneur en oléfines et en soufre. L’objectif du Prime-G+ est de réduire la teneur en soufre dans l’essence de FCC en minimisant la perte d’octane et d’hydrogénation des oléfines.

Cette technologie permet d’avoir de bons rendements en produit fini (essence désulfurisée / charge), de minimiser la consommation d’hydrogène, sans augmenter la tension de vapeur de l’essence.

Dans le réacteur de SHU (Selective Hydrogenation Unit), a lieu la désulfurisation de l’essence légère par l’utilisation de catalyseurs.

Le produit issu de ce réacteur est ensuite envoyé vers une colonne de séparation : le splitter qui le sépare en deux flux : le LCN (Light Cracked Naphtha) et le HCN (Heavy Cracked Naphtha) en fond de colonne.

Le HCN, est ensuite envoyé vers le réacteur d’HDS où a lieu la réaction de désulfurisation sur la partie lourde de l’essence en présence de catalyseurs.

L’H2S généré sera envoyé vers une unité de production de soufre après traitement par lavage aux amines. Les produits obtenus LCN/ HCN peuvent être incorporés, soit directement, soit après mélange au pool essence.