L’Angola et la ruée vers l’or noir

Par Vincent, Adjoint au Directeur Technique de la base de Dande

Je travaille pour un industriel de l’énergie. Depuis 2003, ce groupe a développé une base d’enroulement à Dande juste au nord de Luanda. Son rôle est d’assembler des tronçons de pipe rigide et les stocker sur une longueur d’en moyenne 1500m, sur des supports en béton.

Ils sont ensuite transférés sur une ligne de rollers et enroulés sur les carrousels du « Deep Blue » (bateau de construction et installation) pour être déployés en mer au niveau des puits de forage.

Cette base a été utilisée par des projets jusqu’en 2006. Puis elle a été mise en sommeil pendant 2 ans avant d’être sollicitée de nouveau pour les projets l’an dernier. Mon rôle au sein de cette base consiste à coordonner sa remise en état et son amélioration afin de pérenniser ses activités en vue de projets futurs.

Je dois m’assurer que tout sera prêt à temps pour le démarrage des opérations (remise en état des machines, augmentation du nombre de logements, élargissement des zones de stockage, achat de nouveaux équipements…). Basé à Paris, je me rends souvent sur place, et malgré des journées très chargées, c’est une expérience captivante et motivante que d’être confronté à la réalité des projets à l’étranger.

Travailler avec la population locale s’avère être un challenge à relever avec diplomatie. D’un point de vue sécurité, si les règles de base sont respectées, il n’y a pas de danger … mis à part cobras noirs et autres serpents avec lesquels je ne me lierais pas d’amitié ! Pour conclure, je peux vous dire qu’il n’y a rien de plus enrichissant que d’aller se confronter à des cultures différentes, d’Angola ou d’ailleurs. Cette chance m’a été offerte et je vous le souhaite à toutes et à tous.