Du photovoltaïque sur l’île de la Réunion

Par Jessica, Directrice de programme

Acteur réputé de la grande distribution en France, mon client s’est lancé un défi dans l’air du temps : faire de ses hypermarchés des centrales photovoltaïques. L’opération commence en 2009, sur l’île de la Réunion : quelques 17,5 MWc de panneaux solaires sont alors installés sur lestoitures et les parkings de 8 hypermarchés. L’engouement pour les énergies renouvelables ne s’arrête pas là, puisqu’en métropole, ce sont 35,2 MWc, répartis sur 17 sites, dont Marseille ci-contre en image, qui sont programmés à l’horizon 2012.

« Un contexte difficile »

Mais la publication d’un décret en décembre 2010 institue un moratoire de trois mois sur le raccordement des installations photovoltaïques. Les projets déjà instruits n’ont plus que 18 mois à partir de l’accord obtenu avec ErDF pour être réalisés. Il est alors primordial de réaliser les six derniers projets en un temps record.

C’est dans ce contexte que je rejoins la Maîtrise d’Ouvrage Déléguée. Le planning est serré, l’ensemble des projets devant être terminé avant la fin de l’année. Il me faut piloter les études de conception de trois sites.

Et la tâche n’est pas aisée car ces projets de grande envergure concernent différents corps de métiers du bâtiment : l’électricité bien sûr, mais aussi le renfort de charpente, car il ne faut pas que le toit s’écroule sous le

poids des panneaux, ou encore les travaux de voiries, suite à l’implantation d’ombrières sur les parkings. Il ne faut pas non plus négliger l’aspect sécuritaire, ni même entraver le bon fonctionnement des hypermarchés.

« Un projet de taille »

Les trois installations représenteront 7,2 MWc, soit plus de 22 500 panneaux, pour une surface de près de 37 000 m². Les trois sites confondus permettront de produire plus de 6 900 MWh d’électricité par an, soit la consommation  moyenne de 1500 foyers français.

Aujourd’hui, l’activité évolue et l’île de la Réunion doit devenir un véritable laboratoire en matière d’économies d’énergie. Le prochain challenge à relever doit permettre d’améliorer l’efficacité énergétique des hypermarchés et des entrepôts de l’île, en réduisant leur consommation de 30%. Affaire à suivre !